L’huile de Monoï a vu le jour dans les îles de la Polynésie française. C’est un produit de beauté végétal et ancestral utilisé depuis 2 000 ans. On l’obtient grâce à un mélange d’huile de coco et de fleurs de Tiaré. C’est une huile mondialement connue pour ses vertus cosmétiques indéniables et multiples. Elle peut s’utiliser non seulement pour hydrater et masser le corps, mais en plus pour réparer les cheveux desséchés et abîmés. Si vous ne savez encore rien sur cette fameuse huile parfumée, voici son histoire.

Qui a découvert le Monoï ?

L’utilisation de l’huile bronzante et hydratante de Monoï par les Tahitiens remonte à l’Antiquité. Selon l’histoire, Dumont d’Urville fut le premier étranger à faire la découverte des fleurs de Tiaré et à les rapporter en Europe en 1824. C’était un grand explorateur français et à la fois un officier de marine. Au cours d’un voyage à but scientifique, il a vogué à travers les eaux du Pacifique (à Tahiti et Tuamotu plus exactement) et s’est laissé vite envouter par le parfum exotique des fleurs de Tiaré. Avec comme mission de rapporter des plantes au pays, il a ramené un peu plus de 3 000 espèces végétales, y compris l’emblématique fleur de Tiaré. Néanmoins, il n’a jamais parlé d’une quelconque huile de monoï.

D’autre part, le Capitaine James Cook a parlé de Monoï en 1769 dans un de ces récits à savoir « The journals of Captain Cook on his voyages discovery ». James Cool était à la fois géographe, scientifique, ethnographe et navigateur. Dans son fameux journal, il a décrit les coutumes polynésiennes et a mentionné le 13 juillet 1769 : « l’huile avec laquelle ils enduisent leurs têtes, Monoï comme ils l’appellent, faite avec de l’huile de noix de coco dans laquelle des herbes ou des fleurs douces sont infusées… ». Aussi, il a indiqué le parfum rance dégagé par les cheveux tahitiens.

QUID de l’histoire de Monoï à Tahiti ?

Autrefois, le Monoï était uniquement destiné aux nobles de l’île, nommées les « Arii ». Au départ, les Polynésiens l’utilisaient pour embaumer les morts. Ce n’est que des années plus tard qu’ils ont découvert les bienfaits de ce produit sur le corps, mais également sur le plan médicinal. En effet, il s’est avéré que le Monoï permettait de se purifier de toutes les éventuelles impuretés au cours d’une cérémonie. Mais encore, il était capable de chasser les mauvais esprits. En tout cas, ses utilisations n’ont pas cessé d’évoluer au fil des années. Mais ceci étant, sa technique de fabrication est restée la même qu’aujourd’hui.

Aux multiples usages, l’huile de Monoï servait pour masser le corps des nouveau-nés. Selon les traditions, cela permettait de stimuler la croissance du bébé et à la fois préparer son leur épiderme aux agressions (soleil, sel, vent, etc.). C’est un produit qui fait partie de la culture tahitienne et revêt une connotation sacrée pour la population polynésienne. En ce sens, par le biais d’un massage, une relation fusionnelle se crée entre la mère et le bébé qui va durer toute la vie.

Au vu de tous les bienfaits du Monoï, cette huile s’est vue décrocher une renommée mondiale. Désormais, sa production s’effectue à grande échelle afin de répondre aux besoins de tout le monde. Toutefois, parce que la fleur de Tiaré pousse uniquement sur les sols polynésiens, les artisans locaux restent ses principaux fabricants. Par la suite, 90% de la production d’huiles de monoï est vendue aux quatre coins du globe ce qui rapporte des millions d’euros par an à ses fabricants.